Yakchilan et Bonampak, anciennes cités mayas

Introduction

Découvrir et voir encore des cités de la mystérieuse civilisation maya ; arrachées à la forêt et que la forêt tentaculaire tente de reprendre est quelque chose d’unique.

Yaxchilán

Les deux cités de Yaxchilán et Bonampak sont situées à environ 150 kilomètres de Palenque, et de ce point de départ, des tour-opérateurs locaux organisent très bien cette visite et laissent les participants presque aussi libres que s’ils étaient seuls.

Pyramide de Yaxchilan
Pyramide de Yaxchilan

Niché dans une des boucles du rio , Yaxchilán reste un haut lieu de culte encore vénéré par les Lacandons qui viennent y effectuer leurs rites chargés d'encens et d'offrande de Copal.Yaxchilán est le prototype d'une ville perdue dans la jungle; localisée sur une haute terrasse qui borde l'un des méandres capricieux de l'Usumacinta, etoccupe une position centrale dans la forêt Lacandone. Crée il y a environ 2.000 ans, Yaxchilán , autrefois un simple petit village, se développa pour devenir petit à petit une des villes plus les plus belles et plus puissantes de la Cuenca de l'Usumacinta et connut son apogée entre 550-900 D.C, plus particulièrement durant le long règne du Roi Itzamnaaj B'alam II alias «Bouclier-Jaguar II», mort à plus de 90 ans en 74. A cette époque Yaxchilán était un des centres les plus puissants du Yucatan. Elle fut une véritable Cité Etat devint même la rivale de Palenque avec laquelle elle fit la guerre en 654.

Le roi Itzamnaaj B'alam II alias Bouclier-Jaguar II
Le roi Itzamnaaj B'alam II alias «Bouclier-Jaguar II»

Visite du Yaxchilán

On découvre quatre groupes d'édifices qui s'étagent tout le long de la colline qui borde le fleuve. Les linteaux des portes sont bien conservés et sont ornés de bas-reliefs qui relatent l’histoire de toute la dynastie Jaguar. Il faut savoir que la ville s’est développée dès le début du VIème siècle et connut son apogée au classique récent de 680 à 810 avec la dynastie des Jaguar (Bouclier-Jaguar, puis son fils Oiseau-Jaguar).

Au 10ème siècle la ville s’éteint et la jungle l’engloutit. Il faudra arrendre 1882 pour que Yaxchilán soit redécouverte, en ruinespar deux explorateurs : Alfred Percival Maudslay et Désiré Charnay.Les deux hommes travaillèrent ensemble quelques temps sur différentes techniques, Désiré Charnay effectuant une grande quantité de photographiques, qui seront publiées en 1863 dans l’ouvrage « Cités et ruines américaines ».

La visite, aujourd’hui, de cette cité perdue est sans doute pour chacun comme une découverte individuelle qui nous permet de retrouver notre âme d’Indiana Jones et l’on parcourt le site, grimpe des marches conduisant à une terrasse naturelle qui débouche sur la Gran Plaza et ses deux acropoles avec le recueillement que l’on réserve à l’exceptionnel .

Bonampak

Bonampak entre définitivement dans l'histoire de l'art et des civilisations.

Cité vassale de Yaxchilán à son âge d’or, Bonampak l’unique cité maya qui ait conservé ses peintures murales ; elles ont fait la renommée du site puisqu’elles ont constitué une source inestimable de connaissance des coutumes de la société maya.

Découverte du site de Bonampak

Le site de Bonampak a été découvert par hasard, en 1946 par un objecteur de conscience américain Carlos Frey qui s’était réfugié et intégré pendant deux années chez les indiens lacandons, puis sera a nouveau découverte par de nouveaux explorateurs et notamment le chasseur d’images Giles G Healey, qui publiera des clichés de fresques mayas très bien conservées d’une valeur inestimable et qui firent à l’époque l’effet d’une bombe lors de leurs publications.

Pyramide de Bonampak
Pyramide de Bonampak

Bonampak a connu son apogée durant la seconde moitié du 8ème siècle après -J.C sous le règne de Chaan Muan II auquel trois stèles rendent hommage sur le site , dont celle qui date de 782 ap.J-C et qui le représente en costume de guerre avec sa lance et son bouclier.

Linteau Bonampak
Linteau, Bonampak

Au premier abord la vision de ces fresques peut paraître un peu décevante car elles sont peu éclairées et il n’y a pas le recul nécessaire à leur observation, mais la visite du musée d’Anthropologie à México vous donnera un éclairage nouveau sur ces fresques ; un musée où vous pourrez admirer, avec tout leur éclat et la force qu'elles dégagent, des fresques de guerriers vêtus de peaux de jaguar et costumes cérémoniels qui s’adonnent à des rites de guerre, de victoire et d'auto sacrifices tandis que sur d’autres jouent des groupes de musiciens .

Tous les personnages sont peints de profil dans une même uniformité , ce qui pourrait signifier un langage gestuel pour exprimer des faits ou des idées. Mais revenons à la visite sur le site du temple des Peintures qui est composé de trois chambres où ont été réalisées ces magnifiques oeuvres il y a plus dix siècles et qui reste un moment plein d'émotion .

Agua Azul

Cascades Agua Azul
Cascade, Agua Azul

Photos d'Akumal: Wikipedia, Article écrit par Martin KURT le 14-04-2010


Share |


Fleche retour bas